La leucose et le sida du chat sont des virus encore bien souvent méconnus et stigmatisés par manque d’informations. Pourtant, un chat FIV+ (sida) ou FeLV+ (leucose) n’en reste pas moins un chat comme un autre et en bonne santé tant qu’il ne déclenche pas le virus. Ils sont nombreux en refuge ou dans les foyers à subir les préjugés liés à ce petit plus. Alors, pour dire stop aux idées reçues, rien de tel qu’une bonne piqûre de rappel pour vous aider à mieux comprendre ces virus et pourquoi pas, franchir le pas de l’adoption !   

Sida et leucose, de quoi parle-ton ?

Le FIV (Virus d’Immunodéficience Féline) et le FeLV (virus leucémogène félin) sont deux virus bien distincts et non des maladies. Ils sont bien souvent dépistés en même temps à l’aide d’un test rapide appelé test Elisa. On retrouve donc généralement l’appellation FIV/FeLV en clinique ou sur les annonces d’adoption, ce qui peut parfois prêter à confusion.

Pourtant, être positif à l’un de ces virus ne signifie pas que le chat est malade mais simplement porteur d’un virus qui pourra ou non être amené à muter. Malheureusement, par manque d’information, la plupart des chats positifs sont dépistés trop tard ! C’est à dire, lorsque le virus a muté et déclenche des soucis de santé chez le chat. Comment prévenir et protéger votre chat ? De la transmission à la détection, on vous dit tout !

Comment se transmet le FIV et le FeLV ?

Avant d’en dire plus, il est essentiel de préciser que ces virus ne se transmettent ni à l’homme, ni aux autres animaux. La transmission se fait uniquement de chat à chat.

Pour l’un comme pour l’autre, la transmission peut se faire via la mère si elle est porteuse ou par relation sexuelle. Un chat peut également être contaminé par le FIV dans le cas d’une morsure profonde (le chat non contaminé boit le sang d’un chat contaminé).

Pour le FeLV, le mode de transmission est plus élargie, puisque le virus se transmet via les fluides corporels (sang, salives, selles, urines, voie sexuelles, lait maternel,…). Pour autant, le virus survie très peu de temps en milieu extérieur. La contamination se fait donc généralement par contact direct entre chat. Mais alors comment protéger son chat d’une potentielle transmission ?

Comment protéger mon chat du FIV et du FeLV ?

Pour protéger son animal, deux mesures préventives existent : la stérilisation et le vaccin contre la leucose ! On ne le dira jamais assez. Quand on l’aime, on le stérilise car en plus de prévenir du FIV et du FeLV, la stérilisation évite à votre animal de nombreux autres désagréments. De plus, un chat stérilisé est moins territorial et donc moins enclin à la bagarre. Enfin, si votre chat a accès à l’extérieur ou est régulièrement au contact d’autres chats, pensez à le faire vaccin contre la leucose. Cette mesure préventive permet tout bonnement d’immuniser votre animal contre le virus.

Pour en savoir plus, lire aussi : Pourquoi faire stériliser son animal ?

 

Beaucoup de gens ont des chats porteurs du fiv+ sans le savoir et cela ne change rien à l’amour qu’ils donnent à leurs animaux. (Delphine, famille d'accueil de Zébulon à l'adoption)

 

Votre chat à un passif inconnu ou n’est ni vacciné ni stérilisé ? Faites-le test !

 

Détecter le FIV ou le FeLV en faisant le test chez son vétérinaire

Pour les deux virus, un test unique et rapide existe (test Elisa). Pour autant, gare au faux positif !  En effet, dans le cas du FIV, le test est fait sur les anticorps et non pas sur les antigènes. Cela signifie donc qu’un chaton peut être détecté comme positif car il porte encore en lui les anti-corps de sa mère.

 

Les test rapides réalisés par la plupart des vétérinaires ne sont pas fiables à 100%. Le faux positif est donc très courant. En cas de doute, faites une PCR ! (Amélie, bénévole de l'association Matou'street & Co)

 

Dans le cas du FeLV, sachez que ce virus peut se négativer ! Le vétérinaire procédera toujours à un second test rapide 3 mois plus tard. Enfin, dans le cas où un test rapide s’avère positif, le vétérinaire procédera à une prise de sang en laboratoire appelée PCR (Réaction de Polymérisation en Chaîne) pour s’assurer de la fiabilité des résultats.

Mon chat est positif au FIV ou FeLV : quels changements au quotidien ?

Sachez qu’être porteur ne signifie par pour autant être malade. Dans le cas du FIV, le chat peut vivre normalement et ce jusqu’à plus de 10 ans. Il peut tout à fait ne jamais déclarer la maladie comme la déclarer assez tôt !

 

Certaines personnes adoptent un second chat et il ne leur vient pas à l’esprit de tester leur premier chat vivant déjà avec eux ! Ce qui relativise vraiment de l’importance de savoir si votre chat est porteur ou non car finalement, cela ne change rien du tout. (Delphine, famille d'accueil de Zébulon à l'adoption)

 

Le FeLV est plus délicat et l’espérance plus courte. Si le virus à été transmis par la mère, l’espérance de vie du chat peut aller de 2 à 3 ans. Si le chat a été contaminé après, son espérance de vie est de 4 à 5 ans en moyenne. A la différence du FIV, le FeLV finit toujours par se déclarer sauf dans certains cas (40%) où le virus fini par être éliminé !

Quels soins et traitements pour mon chat positif ?

Il n’existe à ce jour aucun traitement pour le sida et la leucose du chat. Un seul mot d’ordre : la vigilance ! En effet, lorsque les virus se déclarent, ils provoquent une baisse immunitaire chez votre chat. Pas de panique pour autant ! Cela signifie simplement, que votre chat mettra plus de temps à guérir ou sera plus sensible à certaines maladies. Alors, au moindre soucis de santé ou au moindre changement de comportement, il ne faut pas hésitez à consulter votre vétérinaire. Et pour l’aider à lutter contre les coup de mou du quotidien et autres maladies, des solutions existent.

Comment protéger mon chat positif au quotidien ?

Dans le cas d’un chat positif au sida, pensez à le vacciner contre le Typhus et le Coryza et à bien effectuer tous les ans les rappels. Pour la leucose, il existe le même vaccin en version inactif pour le protéger tout en évitant de risquer qu’il s’affaiblisse à cause du vaccin. Et pour le protéger efficacement, il est fortement déconseillé de laisser un chat positif à la leucose (FeLV) sortir !

Lorsque votre chat aura déclaré sa leucose ou son sida,

Pensez à faire le point régulièrement avec votre vétérinaire sur le niveau de globules blancs de votre chat. S’ils sont bas, cela signifie qu’il est très sensible aux attaques extérieures. Il est possible également de booster l’immunité de votre chat avec des cures régulières d’agent colloïdale ou de spiruline. Demandez conseil à votre vétérinaire.

Contrairement aux idées reçues, un chat positif n’engrange pas nécessairement plus de frais vétérinaires qu’un chat négatif. Il demande simplement d’être plus vigilant et prévenant une fois la maladie déclarée.

J’ai d’autres animaux, puis-je adopter un chat porteur du sida ou de la leucose féline ?

La réponse est simplement OUI ! Vous l’aurez compris, un chat porteur du sida ou de la leucose n’est pas dangereux pour vos autres chats tant que tout ce petit monde s'entend bien et est stérilisé et vacciné contre la leucose. Seul point de vigilance : éviter de faire cohabiter un chat positif au sida avec un chat positif à la leucose.

 

Cela fait plusieurs années que j’ai des chats des rues en accueil et dont certains sont porteurs du fiv+. Je n’ai jamais rencontré de souci de transmission de mon côté, ils sont mélangés du moment qu’ils sont stérilisés et qu'ils s'entendent bien ! (Delphine, famille d'accueil de Zébulon à l'adoption)

 Albator, alias Totor, ou encore chouchou est un chat doté d’un caractère incroyable qui est très proche de Lilou, une minette négative. Beaucoup sont apeurés à l’idée de laisser un chat contaminé par le virus aux côtés d’un chat sain. Laissez-moi vous dire que les chances qu’Albator contamine Lilou sont très minces voire quasi inexistantes. La raison est très simple, Albator n’est pas un chat bagarreur, c’est un chat qui demande des câlins, de l’attention et à manger aussi ! (Laura famille d'accueil d'Albator à l'adoption)

Si vous avez craqué pour un chat avec un petit +, n’hésitez plus ! Vous souhaitez en savoir plus ? Des groupes ou associations spécialisées existent comme Sos Chats positifs ou l'association Charly's Angel pour chats positif.

En attendant, retrouvez nos chats positifs à l’adoption ici !

Notre article sur la PIF (Péritonite Infectieuse Féline) du chat peut également vous intéresser !