La perte d’un être cher qu'il soit humain ou animal est toujours une épreuve difficile. Pourtant notre entourage ne comprend pas toujours que l’on puisse souffrir autant pour un animal. Il est souvent compliqué d'extérioriser sa peine et de trouver du soutien et de la compassion de la part de ses proches.

L’animal prend une place de plus en plus importante dans nos foyers. Il est, pour beaucoup d’entre nous, un membre à part entière de la famille. On le nourrit, on l’aime, on le soigne, on s’inquiète pour lui. Il évolue et vieillit à nos côtés. Il partage notre vie. Mais pour certains un animal doit être considéré pour ce qu’il est : un animal !

Quelle que soit la réaction de votre entourage, vous avez le droit d'être triste !

Souffrir de la perte d’un animal n’est pas encore une réaction parfaitement comprise dans notre société. Mais le chagrin n’a pas de règles. C’est pourquoi, il ne faut pas avoir honte de sa souffrance, que les autres la comprennent ou pas ! Ne vous offusquez donc pas des critiques ou des remarques de votre entourage. En effet, de nombreuses idées reçues subsistent sur les personnes qui considèrent l'animal comme leur égal.

Idée reçue n°1 : Montrer sa souffrance est un signe de faiblesse

Souffrir de la perte d’un animal comme de celle d’un être cher ne signifie en rien que la personne est faible ou démente. Passez donc au-dessus des remarques ou pensées désobligeantes.

Idée reçue n°2 : Pleurer un animal est un signe de solitude affective et sociale

Souffrir de la perte de son chat, son chien, son lapin, son cheval etc … ne veut pas dire que vous n’avez ni famille ni amis ! On peut être très bien entouré et ne pas se remettre du décès de son compagnon à 4 pattes. Et tant pis pour ceux qui ne le comprennent pas.

Idée reçue n°3 : On s'attache à un animal pour combler un manque

Être extrêmement attaché à son animal ne signifie pas que vous comblez un manque. Stop à la psychologie de comptoir qui tend à dire que la personne affectée fait une "projection" car elle n’a pas pu avoir d’enfants, ou que ses enfants ont quitté le nid familial, ou que son couple ne fonctionne pas … Soyez hermétiques aux méchancetés.

Idée reçue n°4 : Aimer un animal c'est faire de l’anthropomorphisme

L’anthropomorphisme c’est le fait d’attribuer des réactions humaines à un animal. Aimer son animal de tout son cœur et avoir du mal à accepter sa perte ne fait pas de vous une personne qui ne fait pas la différence entre un Homme et un animal !

Idée reçue n°5 : Quand on aime les animaux on montre souvent du désintérêt pour l’espèce humaine

On peut aimer les animaux et aimer les Hommes ! Ne vous laissez pas enfermer dans une « case ». Si vous aimez les Hommes vous pouvez aimer les animaux et cela ne choque personne. Alors en quoi l’inverse ne serait pas vrai ? Et comme le dit si bien Lamartine, "On n'a pas deux coeurs, un pour les animaux et un pour les humains. On a un coeur ou on n'en a pas."

Les mentalités évoluent !

1 foyer sur 2 en France a un animal de compagnie. L'animal procure du bonheur, et les maitres de chiens comme de chats décrivent de vraies relations de complicité avec leurs animaux. En 2015 notre code civil a reconnu les animaux comme des "êtres vivants dotés de sensibilité", alors que jusque là ils étaient considérés comme des biens meubles. Les mentalités évoluent et vous trouverez heureusement des gens qui comprendront votre peine et ne vous jugeront pas.

Le saviez-vous ? Certaines entreprises aux états-unis accordent un congé pour le décès d'un animal.  

Zoom sur "Le petit chat est mort" de Xavier de Moulins

Comme le décrit Xavier de Moulins dans son livre « le petit chat est mort » on attend des personnes qui nous entourent des mots réconfortants. Et lorsque cela ne se produit pas c’est encore plus blessant !

Ce deuil c'est le votre. Il faut donc être prêt à le traverser seul. Dans son livre, Xavier de Moulins décrit de façon très touchante les liens qu'il tisse au fur et à mesure avec son chat. Un chat qu'il avait prit au départ pour ses enfants. Pourtant il va succomber à cette boule de poils qui se tient à ses côtés au quotidien. Xavier de moulins explique que lui aussi avait des préjugés comme beaucoup de personne. Mais au contact de son chat, il va être transformé. Le "petit chat" va devenir un membre de la famille et à son contact Xavier de Moulins va devenir plus humain, plus à l'écoute des autres. Le "petit chat" va partager leurs joies et leurs peines et rendra celles-ci plus faciles à surmonter. Lorsque le "petit chat" meurt cette épreuve va bouleverser toute la famille. Grâce à lui, son rapport à la vie et au monde n'est plus le même.

Les étapes du deuil d'un animal

Le deuil d’un animal est le même processus que pour celui d’un proche. Il faudra parfois passer par des étapes de stupéfaction, d’incompréhension, de déni, de colère, et laisser le temps à l’acceptation. Il n’y a pas de règles et seul le temps fera son œuvre. Comme pour tout décès certains sont plus injustes que d’autres. Quand son animal est emporté jeune, il est souvent beaucoup plus dur de l’accepter. Si votre animal meurt âgé vous entendrez souvent « il a bien vécu, il était vieux, il a eu une belle vie ». Oui c’est un fait et acceptez la remarque comme une volonté de réconfort. Quelle que soit la situation, accepter le décès de son animal est souvent difficile d'autant que, pour la plupart des cas, le choix de mettre fin à ses souffrances vous incombe. L'euthanasie est un luxe pour celui qui souffre mais c'est une épreuve bien difficile pour tout propriétaire qui se voit vivre cette situation. 

Comment annoncer la mort de votre animal de compagnie aux enfants ?

Hélas, il vous faudra gérer la douleur de vos enfants en plus de la vôtre. Mais comment annoncer aux enfants que leur compagnon est mort ? Il n’y a pas de bonnes façons. Mais ne mentez pas. Le mensonge ne fera qu’accentuer leur chagrin, leur incompréhension et leur colère.

Peu importe l’âge de votre enfant et son degré de compréhension de la mort, parlez-lui comme un adulte en employant les vrais termes comme « mort » ou « décès ». N’ayez pas peur de lui expliquer que c’est définitif et qu’il ne reviendra pas.

Partagez plutôt votre peine avec eux. Parlez de lui, trouvez un lieu de recueillement où mettre une petite photo de votre compagnon. Laissez leur du temps pour s’acclimater au manque et à l’absence. N’essayez pas de leur faire minimiser ce qu’ils ressentent ou de remplacer immédiatement leur ancien compagnon par un nouveau.

Mon animal est mort : quelles sont les formalités administratives ?

Votre vétérinaire est là pour vous conseiller et vous accompagner dans vos démarches. La première chose à faire est de déclarer le décès de votre animal auprès de l'i-cad. Reste ensuite à savoir quoi faire du corps de votre animal.

L'incinération

Votre vétérinaire peut vous proposer de faire appel à un service d’incinération. La solution la moins chère est l’incinération collective mais vous ne pourrez pas récupérer les cendres. Le coût est de 80 euros en moyenne mais varie en fonction du poids de l’animal. Vous pouvez aussi opter pour une incinération individuelle et récupérer les cendres de votre animal dans une urne. Le coût varie en fonction de la taille de l’animal. Comptez en moyenne 150 à 300 euros.

Le cimetière pour animal

Vous pouvez également contacter un cimetière pour animaux et acheter une concession. C’est la solution la plus coûteuse, et également la plus compliquée puisqu’il n’existe qu’une trentaine de cimetières pour animaux en France. Vous devrez payer le transport de l’animal, les frais d’inhumation et la location de la concession.

L'enterrer dans le jardin

Vous pouvez également enterrer votre animal dans votre jardin. Mais seulement sous certaines conditions ! 

  • Avoir un terrain situé à plus de 35 mètres des habitations, fleuves ou rivières ; 
  • Creuser un trou d’1,20 mètre de profondeur ;
  • Placer la dépouille de l'animal dans un carton ou une boite biodégradable. Les sacs ou bâches plastiques sont interdits ;
  • Recouvrir le corps de votre animal de chaux vive.

En cas de doute ou question vous pouvez contacter la mairie de votre commune.

Mon animal fait plus de 40kg

Pour les animaux de plus de 40 KG vous devrez contacter le vétérinaire qui le fera incinérer par une société spécialisée. Vous n’avez pas le droit d’enterrer l’animal dans votre jardin (article L.228-5 du code rural).

Le saviez-vous ? Pour les animaux de la ferme ce sont des sociétés d’équarrissages qui devront être contactées.

En cas de décès d'un animal de plus de 40kg, il faut en informer votre mairie et faire procéder à l’enlèvement de son corps dans les 48h. Votre mairie pourra également vous fournir la liste des entreprises spécialisées à cet effet.

Adopter ou non un nouvel animal

Là encore il s’agit d’un choix personnel. Un nouvel animal ne remplacera jamais celui qui est parti mais l’adoption d’un nouveau compagnon peut vous aider aller de l'avant. Il ne faut pas se lancer dans une nouvelle adoption pour de mauvaises raisons. Evitez de chercher le « sosie » de votre ancien compagnon. Le nouvel animal sera différent et vous ne pourrez pas créer une bonne relation avec lui si vous attendez de lui qu’il se comporte comme l’ancien.

Chaque animal est différent mais surtout chaque animal est surprenant et débordant d’amour. Si vous laissez la possibilité à votre nouveau chien ou nouveau chat d’être lui même, nul doute qu’il ne vous décevra pas et vous comblera différemment. N’ayez pas peur de sa mort, sa vie et sa perte seront différents de celles de votre précédent compagnon. S’empêcher d’aimer pour ne pas souffrir n’est pas une solution. Si vous n’êtes pas prêt attendez de faire correctement votre deuil.

Et si vous hésitez encore pensez que des milliers d’animaux attendent chaque année un nouveau foyer et que vous pouvez leur offrir une nouvelle vie et les sauver ainsi d’une vie en refuge ou de l’euthanasie. Retrouvez les animaux à l'adoption sur le site du Fonds Saint Bernard

Chiens à l'adoption - Chats à l'adoption - Lapins à l'adoption - Chevaux à l'adoption - NACS à l'adoption - Animaux de la ferme à l'adoption

---

Lire également --> 6 bonnes raisons d'adopter un animal en association - 9 bonnes raisons d'adopter un chat noir - A deux c'est mieux : 7 bonnes raisons d'adopter deux chats (ou plus !) - 7 bonnes raisons d'adopter un senior - Que deviendra mon animal après mon décès ?