Saviez-vous que les chats peuvent eux aussi souffrir de la grippe plus communément appelée Coryza ou « rhinotrachéite virale féline » ? C'est une maladie très contagieuse entre chats qui s'apparente à un gros rhume qui peut malheureusement parfois s’avérer mortelle. Quels sont les principaux symptômes et les causes de cette maladie ? Et surtout comment protéger son animal ?

Comme chez l’Homme, l’humidité et les changements de températures affaiblissent le système immunitaire et favorisent le développement du coryza chez le chat.

Le Coryza, c'est quoi ?

Le coryza est une maladie contagieuse d'origine virale. Dans les cas les plus bénins elle s'apparente à un bon gros rhume. Mais certaines formes peuvent être plus graves voire chroniques. En cas de défaut de soin, elle entraîne souvent des complications (perte de la vue, faiblesse respiratoire,..), voire la mort du chat. Pourquoi ? Car le coryza est une combinaison de trois virus : le Calicivirus, l’Herpes virus et le Réovirus augmentant chacun la vulnérabilité du chat.

Quels sont les symptômes ?

L’Herpès virus (le plus dangereux) est responsable des infections respiratoires et des yeux. Le Calicivirus de la fatigue, de la fièvre, des écoulements, et des ulcères de la bouche. Et le Réovirus (qui est le plus bénin) rajoute à l’état général du chat et est responsable de larmoiements.

Le saviez-vous ? Une température normale se situe entre 38 et 39 degré, au-delà consultez votre vétérinaire !

  • Éternuements
  • Écoulement nasal
  • Larmoiement
  • Toux
  • Fièvre
  • Salivation importante avec ulcères dans la bouche dans certains cas
  • Déshydratation
  • Perte d’appétit

Le saviez- vous ? Le coryza peut dégénérer en conjonctivite et en gingivite.

En résumé, le coryza est donc une association de virus et de bactéries, chacun possédant des effets différents mais qui viendront tous affecter le système respiratoire du chat (les atteintes oculaires en découlant). Heureusement, la contamination n'a lieu qu'entre chats mais elle peut être fulgurante.

Certains chats sont plus à risque que d'autres

  • Les chats errants ;
  • Ceux vivant en communauté ;
  • Les chats âgés ou faibles ;
  • Les chatons ;
  • Les chats porteurs Fiv (Sida) ou FeLV (Leucose) ;
  • Mais aussi les chats soumis à des facteurs de stress (stérilisation, changement d'environnement,...) !

Quel est le traitement ?

Le coryza sera traité avec des antibiotiques et des anti inflammatoires. Un nettoyage quotidien des yeux sera également préconisé avec, dans certains cas, un collyre ou une pommade oculaire à appliquer.

En cas de problème respiratoire, le vétérinaire vous recommandera de mettre en place un traitement par inhalations. Pour cela, installez votre chat dans une cage de transport. Vous placerez devant la cage un bol d’eau bouillante dans lequel vous aurez dilué une solution physiologique prescrite par le vétérinaire. Vous recouvrez ensuite la caisse avec un linge et laissez votre chat inhaler pendant 10mn.

Le saviez-vous ? Le virus est très résistant et peut rester « dormant » chez votre chat, c’est pourquoi les récidives sont fréquentes. 
Il n’existe aucun moyen d’éliminer le virus de façon définitive. Certains chats sont mêmes porteurs "sains".

Selon l'état du chat, vous pouvez coupler le traitement avec des compléments alimentaires à base de Lysine (acides aminés) aux fortes propriétés antivirales, afin de renforcer ses défenses immunitaires.

La maladie peut s’aggraver rapidement et peut conduire à la mort de l’animal c’est pourquoi il faut consulter dès l’apparition des symptômes. En cas d’atteinte grave ou de récidive, le vétérinaire peut prescrire des antivirus type interférons ou zidovudine. L’hospitalisation peut également être envisagée afin de réhydrater l’animal et l’aider à s’alimenter par sonde.

Le vaccin : seul moyen de prévention efficace contre le coryza !

Le seul moyen de protéger efficacement votre chat est la vaccination. Même un chat qui ne sort pas et vit en appartement peut être exposé au virus que vous pouvez ramener chez vous sous vos chaussures.

Le saviez-vous ? Le vaccin n’empêche pas votre chat d’être contaminé et développer un coryza.
Mais il va considérablement en limiter les effets et de fait peut lui sauver la vie.

Le vaccin est actif contre le Calicivirus, et l’Herpès virus (responsable de la Rhinotrachéite). Il est généralement couplé au vaccin contre le Chlamydia (bactérie), pour une bonne protection du chat.

Lire aussi --> La vaccination du chat : contre quoi devons-nous le protéger ?

Un virus très résistant

Si votre chat a été atteint du coryza, il vous faudra désinfecter tout votre intérieur avec de la javel diluée, ainsi que tous les objets, et changer tous les accessoires de votre animal. Si votre chat a développé un Coryza, et même s’il a été soigné, attendez six mois minimum avant d’adopter un nouveau chat.

---

A lire également --> Le typhus du chat : symptômes et prévention - La PIF chez le chat - Vermifuger son chien ou son chat : Pourquoi, Quand, Comment ?