L’épilepsie est une maladie neurologique dont les manifestations peuvent parfois être impressionnantes. Lors de crises généralisées, il est souvent difficile de savoir quoi faire et comment réagir pour aider l'animal.

Qu'est-ce que l'épilepsie ?

L'épilepsie touche autant l'homme que l'animal. Cela peut s'apparenter à un court-circuit dans le cerveau dont les symptômes peuvent être très violents ou passer totalement inaperçus.

Quelles sont les causes de l'épilepsie chez l'animal ?

  • La cause idiopathique dite également primaire, essentielle ou « sans cause » dont l’origine n’est pas identifiable. Il s’agit d’une prédisposition naturelle mais qui ne se voit pas, le cerveau semble normal. Il y a des prédispositions génétiques chez certaines races de chiens mais celle-ci n’a pas été prouvée chez le chat. La première crise peut se déclencher entre la 1ère et 4ème année de vie de l’animal.
  • La cause lésionnelle dite symptomatique, structurelle ou intra crânienne. Une lésion au cerveau type AVC ou tumeur peut être la cause.
  • La cause réactionnelle ou extra crânienne. Qui peut s'expliquer par le dysfonctionnement d’un organe (foie, reins, pancréas..) qui entraînerait un déséquilibre et serait à l’origine des crises.

Quels sont les symptômes de l'épilepsie ?

On distingue 2 types de crises d'épilepsie : celle partielle et celle totale.

La crise d'épilepsie convulsive totale

Ce type de crise ne peut pas passer inaperçue et est souvent très impressionnante pour le maître de l'animal. Elle se découpe en 3 phases :

  • D'abord la phase d'aura. L'animal semble désorienté ou a un comportement anormal.
  • Puis la phase dite d'ictus. L'animal perd connaissance, convulse, a les membres contractés. Il peut émettre des sons stridents, s'uriner dessus et énormément saliver.
  • Enfin la phase post-ictale où l'animal récupère doucement de sa crise.

La crise d'épilepsie partielle ou focale

La crise d’épilepsie partielle (ou focale) est difficile à détecter. Elle n’entraine ni convulsion, ni perte de connaissance. L'animal semble simplement désorienté, présenter des clignements d’yeux ou de l'hébétement. Il peut avoir une pupille dilatée ou un mouvement répété d’une patte, saliver, se lécher les babines... Bref, il est souvent très difficile de faire le lien avec l'épilepsie surtout lorsque celle-ci n'a pas encore été diagnostiquée sur l'animal.

Les causes lésionnelles ou réactionnelles sont dites causes « secondaires ».

Comment réagir face à une crise convulsive totale ?

La crise convulsive totale est souvent très impressionnante. Il est souvent difficile de savoir quoi faire et comment réagir pour aider l'animal.

Ne pas paniquer

Avant tout, il faut garder son calme. Lors d'une crise d'épilepsie, le cerveau de l'animal est sur-actif. Il est donc important de rajouter le moins possible d'éléments extérieurs pouvant augmenter cette stimulation. L’animal ne doit pas subir de stress. Il faut donc :

  • Eteindre les lumières
  • Ne pas faire de bruit
  • Ne pas s'agiter
  • Eloigner les meubles ou objets contre lesquels il pourrait de blesser
  • Eloigner les autres animaux
  • Eventuellement disposer des serviettes et coussins autour de lui pour le protéger.

Ne pas toucher l’animal

Pendant la crise l’animal pourrait vous griffer ou vous mordre sans le vouloir. Rappelons que tout ses muscles sont contractés ! Il n’y a pas de risque qu’il avale sa langue. Alors ne mettez pas votre main dans sa gueule.

Chronométrer la crise et la filmer

Si elle dure plus de 2 mn, administrez lui un anti convulsif prescrit par le vétérinaire pour stopper la crise. Si vous n’en avez pas ou que la crise se prolonge malgré tout, contactez votre vétérinaire en urgence ! Dans le cas où votre animal fait une crise d'épilepsie pour la première ou seconde fois, il est important de le filmer. Le vétérinaire pourra ensuite plus facilement confirmer ou non l'état de crise d'épilepsie et ajuster son diagnostique.

Prendre des notes

Lors de crises idiopathique, pensez à noter les circonstances de chaque apparitions de crises. Prenez l’habitude de noter le jour, l’heure, ce que faisait l’animal au moment de la crise, la météo. Tout changement dans son environnement quelques temps précédents la crise. Notez également la réaction de l’animal avant, pendant et après son malaise. Ces notes pourront vous permettre de déterminer l’élément déclencheur avec le temps.

Il existe des applications Apple pour suivre les crises d'épilepsie de votre chien ou de votre chat et les chronométrer. Vous pouvez utiliser ces outils pour communiquer avec votre vétérinaire et trouver des conseils utiles.

Laisser l'animal récupérer

Après la crise votre animal sera désorienté ou surexcité. Il peut sembler avoir du mal à se déplacer ou à vous reconnaître pendant quelques minutes ou quelques heures. Il aura faim et soif et aura besoin de repos. Laissez-le au calme avec de la nourriture et à boire pendant 24h. Il faudra également le nettoyer car il est courant que l’animal se fasse dessus puisque tous les muscles sont relâchés pendant la crise.

Quels examens pratiquer ? 

Afin de mettre en place le traitement adapté il faut essaye de déterminer la cause. Le vétérinaire effectuera un bilan sanguin pour vérifier le bon fonctionnement des organes et déterminer si la cause est réactionnelle ou non. Si rien d'anormal n'est détecté, un scanner ou IRM peut aussi être effectué. Il permettront de mettre en avant une éventuelle cause lésionnelle.

Comment traiter l'épilepsie chez l’animal ?

Lorsque la cause est lésionnelle ou réactionnelle, il s’agira de traiter la pathologie primaire de l'animal (lorsque cela est possible).

Très souvent la cause est idiopathique. C’est le nombre de crises et la violence de celles-ci qui va déterminer la mise en place ou non d’un traitement. En effet, certains animaux ne font qu’une à deux crises par an. Lorsque la fréquence et l'impact des crises sur l’animal sont jugés supportables, l’animal n'aura pas besoin de traitement. Mais si l'animal fait régulièrement des crises d'épilepsie, le vétérinaire prescrira un anti épileptique pour diminuer l’excitation des neurones.

Le vétérinaire pourra aussi prescrire en complément un anti convulsif type valium en cas de crise prolongée ou particulièrement violente.

La mise en place d'un traitement anti-épileptique

La mise en place d’un traitement précoce est toutefois conseillé pour éviter que les crises ne s’amplifient. Il existe plusieurs traitements, plusieurs molécules et plusieurs dosages. Car ce qui marche sur un animal ne fonctionnera pas forcément sur un autre.

Le saviez-vous ? Certains cas graves nécessitent l'utilisation de 3 anti épileptiques !

Le vétérinaire vous prescrira donc un traitement et un dosage particulier. Après une période d’observation, il peut effectuer un test sanguin afin de vérifier la réponse de l’animal et s’assurer que le traitement soit adapté. La réussite du traitement dépendra de nombreux facteurs.

Le respect de la posologie et la régularité du traitement

Le dosage est primordial ! Il faut donc respecter à la lettre la posologie sinon toute la pertinence du traitement sera remise en cause. En effet, l’efficacité repose sur la concentration de la molécule dans le sang. C’est pourquoi, la réponse au traitement peut prendre plusieurs jours ou plusieurs mois. En cas d’oubli, le risque est de déclencher une nouvelle crise.

Un suivi de santé régulier

Le traitement est généralement donné à vie. Il est donc important de consulter régulièrement son vétérinaire afin de vérifier que le traitement est satisfaisant. C’est à dire que les crises ont fortement diminuées, ou que leur intensité a baissé. Il faut également faire des bilans sanguins réguliers. En effet, les traitements longue durée, peuvent avoir un impact sur le corps de l'animal (foie, reins,...).

Ne jamais arrêter le traitement subitement

Attention un arrêt de traitement est dangereux pour l’animal. Si votre vétérinaire estime que le traitement peut être stoppé, l'arrêt devra se faire de manière progressive. Mais il est assez rare que les crises idiopathiques disparaissent d’elles-mêmes. Par conséquent, si votre animal ne fait plus de crise c’est que le traitement fonctionne. Il est donc déconseillé de l’arrêter pour éviter que les crises ne reprennent. En l’absence de crise pendant un an il est possible que votre vétérinaire vous propose de diminuer le traitement.

L'ajout de traitements alternatifs

Attention ! Ne substituez pas la médecine douce au traitement médicamenteux. Cependant des traitements alternatifs type phytothérapie, homéopathie, huiles essentielles peuvent être donnés en complément à l’animal. Consultez toujours votre vétérinaire en amont afin d’éviter toute contre-indication. L’efficacité de traitements dits « naturels » n’a pas été prouvée mais certains maitres constatent des réactions positives.

A lire aussi : Les médecines alternatives pour soigner nos animaux de compagnie

Dans quels cas est-ce une urgence vétérinaire ?

Une crise d’épilepsie dure généralement moins de 2 min. Lors d’une crise prolongée, vous pouvez être amené à administrer un anti convulsif prescrit par votre vétérinaire pour stopper les convulsions.
2 min c’est court mais cela peut paraître long lorsque l'on est confronté à ce genre de situation. Pensez à appliquer les règles mentionnées plus haut : rester calme, baisser les lumière, protéger l'animal, ne pas le toucher, et surtout chronométrer la crise !

Si celle-ci dure plus de 5 mn ou que l’animal en fait plusieurs dans la journée c’est une urgence vétérinaire ! Car l'animal risque de basculer dans un état épileptique constant ou crise continuelle. Dans ce cas, il doit être pris en charge au plus vite ! Si vous avez un anti convulsif il faudra lui administrer afin de calmer la crise pour le transporter en urgence chez le vétérinaire.

Comment mieux vivre avec l’épilepsie ?

Les crises idiopathiques dites « sans causes » signifient uniquement que la cause n’est pas lésionnelle ou réactionnelle. Il existe pourtant des éléments déclencheurs dans l’environnement de votre animal qui sont souvent difficiles à déterminer. Certains maitres ont observé des éléments facteurs de stress à l’origine des crises.

Ces facteurs sont divers et variés comme un bruit, de l’orage, l’absence du maitre, une odeur … Certains maitres font état de crises uniquement saisonnières, d’autres de crises parfaitement « rythmées » à intervalles réguliers. Vous trouverez plusieurs groupes de soutien sur le web pour partager vos expériences sur cette maladie et vous aider à mieux la vivre avec votre animal.

Si vous retrouvez votre animal désorienté ou distant en rentrant, il sera difficile de savoir si la crise a eu lieu pendant votre absence, si au contraire elle n’a pas encore eu lieu, ou si c’est une forme partielle. Vous pourrez trouver beaucoup de réponses et de soutien dans ces groupes.
Groupes FB : EpicanineEpilepsie félinemon animal épileptique

Un animal épileptique peut vivre parfaitement heureux ! Il aura besoin d'amour, d'attention et de patience jusqu’à la mise en place du traitement qui lui conviendra.

Ces articles pourraient vous intéresser --> 3 conseils pour économiser sur son assurance santé animale - L'Assurance santé animale : pour quelles raisons assurer son animal ? -