La PIF du chat ou Péritonite Infectieuse Féline est une maladie virale due au Coronavirus. Si elle n’est pas transmissible à l’Homme, elle n’en reste pas moins mortelle chez le chat. Qu'elle soit sous la forme humide ou sèche, la PIF est l'une des premières causes de décès chez les chatons !

Deux manifestations de la PIF existent

La forme humide

Elle se manifeste par :

  • un épanchement pleural,
  • l’abdomen ou le thorax se remplissent de liquide.

Lorsque cela touche l’abdomen, le chat a généralement un ventre tout gonflé et peut manifester des diarrhées ou des vomissements. Le chat présente des difficultés respiratoires lorsque le thorax est touché.

La forme sèche

Elle est plus difficile à identifier. Le chat peut présenter :

  • des troubles digestifs ;
  • une insuffisance rénale ;
  • une jaunisse ;
  • des convulsions ;
  • une paralysie ;
  • de la fièvre ;
  • un amaigrissement ;
  • une inflammation de l’œil ;
  • ...

Cela va dépendre des organes qui sont atteints (système neurologique, reins ou foie). Enfin, une forme mixte (à la fois sèche et humide) existe aussi.

Quel traitement contre la PIF ?

En France, aucun traitement curatif

En France, il n’existe aucun vaccin ou traitement contre la PIF qui est une maladie incurable et mortelle. Par ailleurs, certains pays propose un vaccin dont l'efficacité est, à ce jour, contestée.

Des traitements à base d’interféron oméga félin ont été testés. Mais si les premières injections semblaient concluantes, les chats n’ont pas, pour autant, pu être sauvés. Depuis 2016, des chercheurs américains travaillent sur des essais cliniques afin de développer un traitement. Mais ces recherches sont toujours en cours. Toutefois un médicament antiviral, le GS-441524, en cours d'essai semble très prometteur. Ce médicament semble avoir une bonne réponse clinique. Cette avancée est très prometteuse mais il n'y a pas encore à ce jour de médicament disponible sur le marché.

Le vétérinaire pourra donc uniquement proposé un accompagnement de confort avec notamment des anti vomitifs, des anti diarrhéiques ou bien des anti inflammatoires. 

Seul le virus mutant est dangereux pour votre chat

Le virus peut être détecté dans l’intestin. Mais, à ce stade et sans apparition de symptômes, il n'est pas dangereux pour votre chat. Mais lorsqu'il opère une mutation et se propage en dehors de l'intestin, il devient mortel.

Un chat sur trois serait porteur du virus FcoV non mutant !

Quels chats peuvent être concernés par la PIF ?

Comme tout virus, les jeunes chats ou les seniors sont souvent les plus impacté. Mais d'autres conditions peuvent également rendre un chat vulnérable à la PIF. Certains chats sont porteurs sains et ne développent pas la maladie !

Les chats vivants en communauté

Les chats qui vivent en communauté sont souvent les plus exposés car le virus est très contagieux. Il peut se transmettre par la salive, les excréments, les éternuements, les sols, les ustensiles contaminés, ... Et les litières communes sont la première cause de contamination. Des règles d'hygiènes strictes sont donc appliquées dans les refuges, élevages, pensions ou animaleries. C'est pourquoi, lorsque vous adoptez un chat ou le laisser en pension, il est important de vous assurer des conditions de vie de votre animal.

Les chatons ou jeunes chats de moins de 2 ans

La transmission par la mère n’est pas complètement établie. Mais certains développent le virus lorsqu'ils ne sont plus protégés par les anti-corps de leur mère (6-8 semaines). Enfin, plus de la moitié des chats déclarant une PIF ont moins d’un an.

Les chats atteints par un autre virus

Tout comme les jeunes chats et les seniors, les chats malades seront naturellement plus impactés par le virus.
A lire également  : Sida et leucose du chat : tout savoir avant l’adoption

Un risque qui demeure pour le chat d’appartement qui vit seul

Même s'il a moins de risque d'attraper cette maladie, le chat d'appartement peut également être touché. En effet, vous pouvez ramener le virus sous vos chaussures si vous avez marché là où un chat infecté a uriné ou déféqué.Un chat d’appartement ou de maison vivant seul n’est donc pas obligatoirement à l’abri. Toutefois, le fait que votre chat ne soit pas régulièrement remis en contact avec le virus lui donnera plus de chance de l’éliminer.

Le saviez-vous ?

  • le délai d’incubation de la PIF peut aller jusqu’à plusieurs années ! ;
  • le stress serait un facteur prédisposant pour la PIF ;

  • lorsque le virus est détecté dans un environnement, seuls 5% des chats vont développer une PIF ;

  • il existe un test de dépistage mais un risque de faux négatif existe ;

  • le test de dépistage peut s'avérer positif alors que le chat est atteint d'une autre maladie. Il n'est, à l'heure actuelle, pas possible de faire la différence entre le corona virus (bénin) et le corona virus mutant (PIF).

Mon chat a été au contact d'un chat malade : quels risques pour les autres chats de la maison ?

Si votre chat a été en contact avec un chat atteint d’une PIF, il deviendra séropositif dans 90% des cas. Mais cela ne signifie pas pour autan qu’il développera une PIF ! Le chat peut même redevenir séronégatif au bout de quelques mois.

Seulement 5 à 10% des chats en contact avec le virus mutant seront à leur tour infectés.

Cependant, il est préférable d’attendre que tous les chats soient séronégatifs avant d’intégrer un nouveau chat.

Mon chat est mort d'une PIF

Malgré les traitements de confort l’espérance de vie du chat est très courte, quelques jours à quelques semaines.

Dans le cas où votre chat est mort d’une PIF, il faudra désinfecter avec un détergeant son environnement au complet avant de prendre un nouveau chat !

Il est de toute façon préconisé d’attendre au moins deux mois pour que la destruction du virus puisse s’opérer.

A lire également : 
La vaccination du chat : contre quoi devons-nous le protéger ?
Comment soigner la douleur chez le chat ?
Vermifuger son chien ou son chat : Pourquoi, Quand, Comment ?
Les médecines alternatives pour soigner nos animaux de compagnie