Vous avez trouvé un animal qui semble perdu, un animal blessé, ou un animal sans vie et vous ne savez pas quoi faire. Tout dépend de quel type d’animal (domestique ou sauvage) il s’agit et de son état. Il faut être vigilant afin de ne pas vous mettre en danger, agir dans l’intérêt de l’animal, et respecter la règlementation en vigueur.

Le cas des animaux sauvages :

Contactez l’organisme compétent :

Si vous avez trouvé un animal exotique en divagation (tortue, reptile...), ou un oiseau sauvage, (cygne, canard, rapace...) ou un mammifère non domestique (sanglier, renard ..), vous pouvez contacter les organismes suivants : 

- Un centre de soins 

- l’UFCS. (Union Française des Centres de Sauvegarde de la Faune Sauvage). Il existe 32 centres en France. Ils ont été mis en place dans les années 80.

- Un centre de sauvegarde LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) au 05 46 82 12 34, et consultez leur site internet pour toutes les infos utiles.

- La Fédération des chasseurs du département (ONCFS)

- La direction départementale des services vétérinaires (DDPP). Annuaire Services Publics.

- La direction régionale de l’environnement (DREAL)

S’il s’agit d’un pigeon, d’une corneille ou autre oiseau des villes, vous devez contacter la SPOV (Société Protectrice des Oiseaux des Villes) dont le siège est à Paris ou toute autre association qui œuvre pour la protection de ces animaux.

A défaut contactez la gendarmerie ou les pompiers qui sauront vous renseigner

Les 1ers gestes :

Si s’agit d’un petit qui ne semble pas blessé attention à ne pas le toucher, si la mère n’est pas loin l’odeur humaine déposée sur son petit la fera fuir.
S’il s’agit d’un oisillon qui a déjà des plumes, il a dû tomber du nid en rattant son envol, mettez-le en hauteur à l’abri des prédateurs qu’il puisse repartir. Seul le martinet qui vol tout le temps doit être secouru.

Si l’animal semble blessé ou malade, protégez-vous avec des gants, placez l’animal dans un carton avec des trous pour qu’il puisse respirer. Manipulez-le le moins possible et portez toujours le carton le plus proche possible du sol. Laissez-le au calme afin de ne le soumettre à aucun stress. Ne lui donnez ni à manger ni à boire pour éviter les risques d’étouffement et contactez un des centres pré cités au plus vite afin qu’il puisse vous guider.

Si l’animal trouvé est décédé :

Si une bête est trouvée morte, il faut prévenir immédiatement les services de l'ONCFS qui se chargeront de manipuler sa dépouille.

En cas d’accident de la route :

Si vous heurtez un animal en voiture (cerf, sanglier…) vous devez prévenir les services de la gendarmerie ou de la police nationale ou le maire de la commune du lieu de la découverte. Quand l'animal est mort, c'est au maire de contacter la société d'équarrissage et de sécuriser préalablement les alentours pour éviter un accident de la route..

Le Saviez-vous ?: Vous ne pouvez pas détenir un animal sauvage ou protégé

La détention d’animaux sauvages en captivité est régie par le code de l’environnement, articles L. 413-1 à L. 413-5 ; Cette règlementation a pour but la protection de l’environnement, la sécurité des personnes, et le respect du bien-être animal.

Il est interdit de détenir un animal sauvage, par conséquent si vous avez récupéré un animal blessé dit sauvage, celui-ci une fois soigné devra être relâché. Aucune espèce sauvage ou protégée ne peut être détenue, c’est notamment le cas des hérissons, des reptiles ou de certaines tortues. Vous pouvez consulter la liste des espèces protégées sur le site de l’ASPAS (Association pour la protection des animaux sauvages).

Il existe des exceptions à ce principe mais qui sont encadrées. La détention d’espèce protégée est encadrée par l’arrêté du 10 août 2004 et du 8 octobre 2018.

Ces exceptions concernent le cas de l’animal dit « non domestique ». Certains animaux peuvent être détenus sous réserve d’obtenir une autorisation préalable au préfet de votre département par lettre recommandée avec avis de réception (vous trouverez un formulaire cerfa n°12447*01 sur le site du service public). Sans réponse notifiée dans les 2 mois qui suivent votre courrier, l’autorisation est réputée accordée.

Dans ce cas le détenteur aura un statut « d’éleveur d’agrément » et devra justifier des compétences et des structures nécessaires à l’accueil et au bien-être de l’animal.
Pour certaines espèces réputées dangereuses ou fragiles il faudra justifier d’un certificat d’aptitude et le statut juridique sera celui « d’élevage non professionnel ».
La détention sans autorisation préalable est passible d’un an d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende.
Enfin, certaines espèces ne peuvent être détenues que par des professionnels tels que des animaleries ou zoo.

Si vous avez sauvé un animal blessé, et que vous ne souhaitez pas ou qu’il ne vous semble pas possible de le relâcher dans la nature, faites bien les démarches afin de vous mettre en règle et éviter une condamnation. Prenez contact sans attendre avec la Direction des Services Vétérinaires (DSV), le service départemental de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) ou la Direction Régionale de l’Environnement DIREN, ou adressez votre demande au préfet comme expliqué plus haut. Si l’autorisation ne vous est pas donnée et que l’animal a été domestiqué il devra rejoindre une association de protection animale.

Liste des espèces soumises à autorisation pour leur détention 

Le cas de animaux domestiques :

L’animal est-il identifié ?

Vous avez recueilli un chien ou un chat, la première chose à faire est de vérifier s’il est identifié

Si l’animal est tatoué, vous pouvez contacter l'ICAD (Identification des Carnivores Domestiques) : 0810 778 778 ou via leur site Internet https://www.i-cad.fr/afin que les propriétaires soient contactés.
Si l’animal n’a pas de tatouage il peut avoir une puce électronique indétectable à l’œil nu.
Il est donc important de vous rendre chez un vétérinaire qui est équipé d’un lecteur de puce. Cela ne nécessite pas de rendez-vous, ne prend que quelques minutes et c’est gratuit. Si l’animal est identifié par une puce électronique le vétérinaire fera les démarches pour contacter l’ICAD et obtenir les coordonnées du propriétaire.
>A lire également "Pourquoi faire identifier son animal"

Faites de démarches de « proximité :

Contactez les vétérinaires aux alentours afin de savoir s’ils connaissent l’animal et déposez des annonces chez les vétérinaires et les commerçants, ainsi qu’à la mairie.

Utilisez les applications smartphone dédiées :

Il faut vivre avec son temps, les affiches dans les commerces de proximité ça marche mais il y a encore plus rapide qui ne vous demandera que quelques minutes ! les nouvelles applications pour les animaux trouvés et perdus sont d’une grande efficacité.

- L'application Filalapat, lancée par l'I-CAD permet de déclarer les animaux perdus et trouvés
> A lire également pour en savoir plus "Zoom sur deux applications dédiées aux animaux"

- L’application Buzz My Pet par les gagnants de « La France a un incroyable talent » permet de déposer une alerte pour un animal perdu ou trouvé. L’alerte est adressée à toute la communauté de votre secteur grâce à un système de géolocalisation

- Publiez une annonce sur la page FB Pet Alert de votre département. Pet Alert a acquis une bonne notoriété et devient un réflexe pour déclarer un animal perdu ou trouvé.

Vous avez peut-être l’impression de reproduire plusieurs fois la même chose mais tout le monde n’a pas le même réflexe. En dupliquant votre annonce sur ces trois vecteurs vous donnez une bonne visibilité à l’animal perdu et lui offrez de vraies chances de retrouver son propriétaire.

Si vous ne pouvez pas vous occuper de l’animal plus longtemps essayez de contacter une Association de Protection Animale locale, si elle peut prendre en charge l’animal celle-ci pourra lui trouver une famille d’accueil en attendant de retrouver son propriétaire. Si l’animal n’a pas de propriétaire, ou que celui-ci n’a pas pu être identifié, l’association proposera l’animal à l’adoption afin de lui trouver un foyer. A défaut contactez le refuge SPA le plus proche.
Vous pouvez également le conduire au commissariat, à la gendarmerie ou à la mairie qui s’occuperont du transfert à la fourrière. 

Le saviez vous ? : Délai pour récupérer son animal

Le propriétaire de l’animal dispose de 8 jours ouvrés pour récupérer son animal, passé ce délai l’animal peut être proposé à l’adoption. Dans tous les cas le propriétaire devra payer des frais pour récupérer l’animal s’il a été placé en fourrière ou à la SPA. Le propriétaire qui se fait connaitre trop tard peut ne plus pouvoir récupérer son animal si celui-ci a été adopté dans l’intervalle.

Si l’animal est blessé :

Soyez vigilant afin de ne pas vous faire mordre et ne pas aggraver l’état de l’animal. Evitez de le manipuler. Si vous devez le déplacer protégez-vous les mains et n’approchez pas votre visage.
Essayez d’isoler l’animal au calme protégé du chaud ou du froid. Vous pouvez utiliser une cage pour le transport des chiens ou chats.
SI l’animal semble mal en point ne lui donnez ni à boire ni à manger et rendez-vous sans attendre chez le vétérinaire le plus proche.

L’animal est décédé :

Vous devez contacter les services sanitaires de la commune où vous avez trouvé l’animal. Ils sont en charge de récupérer la dépouille et de faire des recherches pour retrouver les propriétaires.

Ces articles peuvent également vous intéresser :
Et si demain le hérisson n'existait plus ?
Comment rendre son jardin Hérisson friendly?
Peut-on détenir un animal lorsque l'on est locataire ?
J'ai trouvé un chaton que dois-je faire ?