D’après une étude menée en 2016 par l’institut de sondage TNS SOFRES pour l’icad (fichier d’identification des animaux de compagnie), 75% des propriétaires de chiens savent que l’identification est obligatoire en France contre seulement 50% du côté des possesseurs de chats. Dans les faits : 88 % des chiens sont identifiés en France, alors que cette proportion est divisée par 2 pour les chats, qui ne sont que 46 % à être identifiés. Un chiffre beaucoup trop faible au regard du caractère obligatoire et parfois vital de l’identification !

Une obligation légale ?

L’identification est obligatoire en France pour :

  • Les chiens de plus de 4 mois nés après le 6 janvier 1999,
  • Les chats nés après le 1er janvier 2012,
  • Toute cession d’un animal (qu’elle soit à titre gratuit ou onéreux),
  • Toute importation d’un chat ou d’un chien en France,
  • Si vous souhaitez assurer votre animal,
  • Si vous souhaitez voyager avec votre compagnon.

Tout d’abord, qu’est-ce que l’identification ?

Faire identifier son chat ou son chien c’est lui attribuer un numéro de référence, unique qu’il conservera tout au long de sa vie (c’est l’équivalent chez l’homme d’un numéro de sécurité social). Ce numéro, enregistré dans un fichier national (Icad) pourra, par exemple, vous permettre d’être alerté dans le cas où votre animal serait recueilli par un refuge, un particulier ou un service vétérinaire suite à une fugue ou un accident. Deux méthodes existent pour l’identification :

  • Le tatouage dans l’oreille de l’animal.
  • La puce électronique dont l’implantation se fait généralement au niveau du cou de l’animal

En cas de changements (nouveau propriétaire, déménagement, nouveau numéro de téléphone), il est important de le signaler à votre vétérinaire ou directement auprès de l’i-cad afin qu’ils puissent effectuer une mise à jour de vos coordonnées liées au numéro de votre animal. En plus de vous permettre de retrouver plus facilement votre animal égaré, elle évite le trafic d’animaux et est indispensable pour attester de la vaccination qu'elle soit obligatoire ou non.

Puce ou tatouage : que choisir ?

Pour choisir entre la puce ou le tatouage, n’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire qui sera le seul habilité à procéder à l’identification de votre animal. Plus fiable dans le temps que le tatouage (qui fini par ne plus être lisible) et impossible à falsifier, la puce électronique a malheureusement le défaut de ne pas être visible et surtout de ne pas encore être connu de tous. Il est donc possible d’effectuer, en complément de la puce, un tatouage dans l’oreille indiquant « IE » (Identification électronique) afin d’indiquer plus facilement aux personnes que cet animal a un foyer.

Quel que soit votre choix, l’idéal reste de procéder à l’identification de votre animal en même temps que sa stérilisation : vous lui épargnerez le stress d’une consultation et d’une sédation, voire d’une anesthésie, supplémentaire.

La puce électronique, une possibilité pour partir avec lui à l’étranger

Non identifié, votre compagnon ne pourra pas voyager avec vous hors de France, à la fois pour des questions sanitaires mais également pour lutter contre le trafic d’animaux. Si votre animal a été tatoué avant juillet 2011, il vous est possible de traverser certaines frontières. Mais de plus en plus de pays tels que la Grande-Bretagne ou la Suède n’acceptent plus du tout le tatouage comme moyen d’identification d’un animal : la puce électronique est alors obligatoire, même pour un animal tatoué depuis longtemps.

Une chance de plus de le retrouver

Chaque année, plus de 44 000 animaux – perdus ou abandonnés – entrent en fourrière, selon l’ICAD. Parmi eux, 40 645 chiens, 3 761 chats et 23 furets. En France, un chat se perd toutes les 14 minutes tandis qu’un chien se perd toutes les 21 minutes. Quant aux furets, l’un d’entre eux se perd tous les 6 jours.

L’identification est donc un élément capital pour retrouver votre animal en cas de perte. En effet, toujours d’après l’étude menée par TNS SOFRES pour l’i-cad en 2016, 81 % des animaux identifiés sont retrouvés, contre seulement 59 % pour les animaux non identifiés.

Les propriétaires de chiens et chats ont donc près de 40 % de chances de plus de retrouver leur animal si celui-ci est identifié !

En cas de perte ou de vol de votre animal, prévenez votre vétérinaire ou contactez directement le Fichier national d’identification des carnivores domestiques (i-cad) par téléphone au 0810 778 778 (Prix d'un appel local) ou via leur site internet www.i-cad.fr. Vous vous assurez ainsi qu’un vétérinaire, qu’un particulier ou qu’un refuge pourra retrouver votre trace et vous rendre votre compagnon. N’oubliez pas de mettre à jour vos coordonnées afin que l’on puisse vous recontacter !

Plusieurs sites ont été créés pour réunir animaux perdus et propriétaires témoignant de la détresse des familles qui cherchent leur animal :

L’identification peut lui sauver la vie !

Si vous ne faites pas identifier votre animal, c’est comme si vous le condamniez. Effectivement, si votre animal s’échappe, sans numéro associé, il sera considéré comme errant (à plus de 200 mètres d’habitations ou plus de 1000 mètres de chez son maître) et mis en fourrière et sans place dans un refuge ou une association, il risque l’euthanasie. Si par chance votre animal a été placé dans un refuge, il faudra bien entendu prouver qu’il s’agit bien de votre animal et payer pour le récupérer.

Il peut également arrivé que votre animal subissent un accident grave et faute d’identification, les services vétérinaires et les associations ne pourront pas toujours s’engager à prodiguer les meilleurs soins à votre animal. Dans les deux cas de figure, vous ne serez pas informé de la prise en charge ou du décès de votre animal.

Enfin, il faut savoir qu’en cas d’alerte sanitaire (telle que la rage déclarée sur le territoire), l’identification de l’animal permet une traçabilité et une réaction optimale de la part des autorités.

L’identification, démarche très simple de tout propriétaire d’animal domestique, facilite la localisation et la mise en place de dispositifs adaptés pour enrayer une crise dans les plus brefs délais. Attention, en plus de ne pas faire office d’identification, le collier peut s’avérer être dangereux voire mortel pour votre animal. Alors quand on l’aime on le fait identifier !