Dès l’arrivée des beaux jours, une herbe sèche est particulièrement à redouter : l’épillet. En effet, cette petite plante aux airs inoffensifs s’avère en réalité très dangereuse pour vos animaux et est à l’origine de nombreuses consultations vétérinaires durant l’été ! Egalement nommée, à juste titre, le voyageur, l’épillet à la faculté de s’accrocher, de s’incruster sous la peau et dans les orifices et de se déplacer au travers de l’organisme occasionnant de graves douleurs chez l’animal. Comme seule une intervention vétérinaire permet de les retirer, il est important de savoir comment les éviter au maximum !

Qu’est-ce qu’un épillet ?

Présent dans les champs et dans certaines pelouses, l’épillet, également appelé espigaous ou voyageur est une plante de la famille des graminées qui prend la forme d’épis de petite taille rassemblés autour d’une tige. A l’arrivée de l'été, les épillets commencent à se dessécher et à se détacher de leur tige. C’est à cette période qu’ils deviennent dangereux ! Et pour cause, ces graines ont des épis très piquants qui ont tendance à s’accrocher facilement à nos vêtements mais aussi à la fourrure de nos animaux et à progresser toujours dans le même sens pouvant aller jusqu’à perforer la peau ou s’incruster dans les orifices.

Pourquoi l'épillet est-il dangereux pour nos animaux ?

C'est bien la structure de l'épillet qui le rend dangereux pour nos animaux. En effet, l’épillet ne se contente pas que de s’accrocher aux poils. Il a également la faculté de se déplacer et de s’incruster dans la peau et dans les orifices ! Sa forme le rend ensuite très difficile à retirer. Une fois enfoncé dans la peau ou dans une cavité, l’épillet risque de s’enfoncer toujours plus loin. Il suit alors un parcours bien précis :

  • La pointe de l'épillet, piquante, s'accroche très facilement au pelage de l’animal
  • L’épillet pénètre dans la peau ou dans un orifice (oreille, narine, yeux, coussinets, vulve, anus, etc.)
  • Au fur et à mesure, la forme évasée de l'épillet le pousse à s'enfoncer de plus en plus loin
  • Une fois enfoncé, l'épillet est impossible à retirer sans une intervention chirurgicale, car tenter de le tirer sans anesthésie entraîne une douleur importante chez l'animal.

Si l'épillet peut sembler être un mal limité de prime abord, il s'agit en réalité d'une urgence vétérinaire car, s'il n'est pas retiré, l'épillet va aller de plus en plus loin dans l'animal, jusqu'à entraîner des dégâts potentiellement irréversibles.

Bon à savoir : l'épillet s'accroche d'autant plus facilement sur les animaux à poil long et/ou frisé.

Comment protéger le chien ou le chat contre les épillets ?

Vous l’aurez compris, l'épillet est un danger à ne pas prendre à la légère durant l'été, d'autant plus qu'il risque d'entraîner de lourds frais vétérinaires. Pour limiter les risques, ou éviter que votre animal soit à nouveau victime d'un épillet, différentes précautions sont à prendre.

Pour un chat qui a accès à l’extérieur, les choses ne sont pas simples. Sauf inspection régulière au retour de l’animal, rien ne pourra garantir qu’un épillet n’a pas déjà entamé son voyage.

Pour un chien, il est fortement conseillé de

  • le tenir en laisse lors de promenades dans les champs ou les hautes herbes en période estivale
  • l’inspecter minutieusement de la tête jusqu’à la queue en passant par les coussinets après les balades (vérifiez scrupuleusement les oreilles de votre chien si celui-ci à les oreilles tombantes)
  • Brossez le pour pouvoir retirer les épillets du pelage
  • Avant l’été, procédez à une tonte de votre chien, car les poils longs sont plus susceptibles d’attraper des épillets. Insistez en particulier sur les zones à risques (coussinets et oreilles).
  • Tondez également votre pelouse pour éviter que les épillets ne s’y accrochent

Bon à savoir : si vous repérez un épillet déjà enfoncé, consultez un vétérinaire en urgence. Un épillet rapidement pris en charge aura peu de conséquences, et sera plus simple et moins coûteux à faire retirer.

Animaux et épillets : comment repérer les symptômes ?

Il est primordiale de repérer rapidement la présence d’un épillet. En effet, plus vite il sera retiré moins les dégâts seront importants. Les premiers symptômes qui doivent vous alerter sont :

  • signe évident de douleur (grognement, jappements, animal prostré,…)
  • des crises d’éternuements réguliers avec ou sans saignement de nez
  • léchages excessifs
  • secouement de tête
  • oeil fermé, rouge ou pleureur
  • bouton ou abscès
  • boitillement dans le cas où l’épillet se serait incrusté dans le coussinet .

Ne sous-estimez pas tout signes ou attitudes anormales noté chez votre animal. Au moindre doute consultez votre vétérinaire sans tarder. En effet, l’épillet est extrêmement difficile à déceler. Seul un vétérinaire pourra en confirmer la présence en pratiquant une auscultation approfondie voire des examens complémentaires (échographie, endoscopie, fibroscopie,…).

Mon animal a un épillet : que faire ?

Vous avez repéré la présence d’un épillet déjà incrusté dans la peau ou dans un orifice de votre animal ? Il faut alors réagir vite pour le soulager, éviter que les épis ne s’enfoncent trop profondément et limiter les dommages sur l’état de santé de votre animal.

Présence d’épillet : pas d’auto-médication !

S’il peut être tentant de retirer soi-même un épillet, nous vous les déconseillons fortement ! En effet, enlever soi-même un épillet c’est accepter  :

  • de vous faire mordre ou griffer de votre animal qui souffre
  • d’empirer le problème et donc de retarder la bonne guérison de votre animal
  • de ne pas retirer en totalité l’épillet
  • d’enfoncer davantage l’épillet et de le rendre plus difficilement identifiable par votre vétérinaire

Il est donc fortement déconseiller de retirer un épillet sans une intervention vétérinaire ! En effet, selon l’emplacement de celui-ci, il peut être nécessaire d’avoir recours à une opération sous anesthésie. Dans le meilleur des cas, le vétérinaire retirera l’épillet à l’aide d’une pince spéciale (lorsque l’épillet dépasse encore). Dans les cas les plus complexes, il devra procéder à une intervention chirurgicale d’exploration. Un traitement médicamenteux peut ensuite être prescrit pour soigner les dégâts causés par l’épillet.

Présence d’épillet : quelles sont les complications possibles ?

La prise en charge doit être rapide, car l’épillet peut rapidement laisser de graves séquelles à votre animal. En effet, en s’enfonçant toujours plus dans la peau et/ou les orifices, l’épillet peut entraîner souffrances et complications :

  • Perforation du tympan,
  • Abcès,
  • Inflammation,
  • Saignements du nez et sinusite,
  • Gonflement des paupières,
  • Infections,
  • Perforations des bronches ou poumons,
  • Ulcère cornéen
  • Vaginite
  • Etc.

Bon à savoir : les dégâts occasionnés dépendent directement de l'endroit où l'épillet a pénétré le corps du chien (oreille, nez, vulve, pénis, etc.).

Dans les pires situations, un épillet peut entraîner la cécité, la surdité ou encore s'attaquer aux voies respiratoires. Dans tous les cas, un épillet entraîne de fortes douleurs, qui s'aggravent avec le temps. Il convient donc de consulter un vétérinaire dès que vous soupçonnez la présence d'un épillet dans le corps du chien. Si le retrait d’un épillet peut s’opérer facilement par le vétérinaire lorsque le chien ou le chat est présenté à temps (et suivant sa localisation), cela n’est pas toujours malheureusement le cas. Plusieurs interventions, plus ou moins lourdes, sont parfois nécessaires pour en venir à bout ! Ce qui aura pour conséquence d’augmenter la note des frais vétérinaires.

Bon à savoir : les frais vétérinaires suite à un épillet peuvent être couverts par l'assurance santé de votre animal !

Lire aussi :

Mon animal a été piqué par une guêpe ou une abeille : que faire ?
Les allergies aux pollens chez le chien et le chat
Chenilles processionnaires : un véritable danger pour nos animaux