Combien de temps doit-il rester avec sa mère ? Quels problèmes peuvent apparaître quand un chaton n’est pas sevré ? Lorsque l’on souhaite adopter un chat, il est primordiale de s’interroger sur ce qu’est le sevrage et l’importance du rôle qu’il joue dans l’équilibre psychologique et physiologique futur de son animal. Toutes les réponses sur cette étape cruciale dans la vie du chat sont dans cet article.

A quel âge adopter un chaton au plus tôt ? Le sevrage du chat : minimum 3 mois !

La période du sevrage fait partie des étapes les plus importantes dans la vie d’un chaton. Elle caractérise le début de son indépendance et marque son détachement maternel. C’est durant cette période que le chaton apprend à devenir un « grand » chat bien dans ses pattes. Pour que ce passage soit parfaitement réussi, le sevrage doit être fait progressivement et surtout jusqu’au bout ! Alors, avant d’adopter un chaton, prenez soin de respecter cela et de patienter pour vous assurer de l’équilibre de votre futur compagnon.

A noter : Officiellement la loi de janvier 1999 indique qu’il est interdit de céder à titre onéreux des chatons âgés de moins de huit semaines (article L. 214-8 du Code rural) mais les professionnels recommandent fortement de ne pas céder le chaton avant ces 12 semaines !

Mais en réalité, les vétérinaires et comportementalistes indiquent qu’un chat retiré à sa mère avant son rejet sera très difficile à éduquer. Pour pouvoir adopter un chaton bien dans ses pattes, il faut donc attendre la fameuse phase du rejet (lorsque la chatte a transmis tout son savoir à ses petits), pour que le chat est réellement finalisé son sevrage (3-4 mois environ).

> Lire aussi : J’ai trouvé un chaton : que dois-je faire ?

Le développement du chaton se fait par phase, et chaque étape est déterminante pour qu’il devienne un chat stable du point de vue émotionnel. Pour comprendre l’importance de ce développement, il est nécessaire d’en connaître les différentes étapes.

Le sevrage alimentaire

Les 4 premières semaines de la vie d’un chaton se résument à téter et à dormir. Le sevrage du chaton ne démarre vers sa 4e semaine de vie. À cet âge, il commence à explorer son environnement, à se montrer curieux et à reproduire les gestes de sa mère. C’est ce que l’on appel la vicariance. C’est aussi durant cette période que le chaton va progressivement s’intéresser à la gamelle de nourriture de sa mère et y goûter de temps à autre, laissant ainsi progressivement le lait. On conseille pour l’alimentation des chattes allaitantes les croquettes chatons qui ont le double avantages d’être à la fois très riches en énergie pour subvenir aux besoins accrus de la mère et idéal pour les chatons en phase de sevrage alimentaire (croquettes petites et moins difficiles à croquer).

Le saviez-vous ? Plus la mère à de petits, plus le sevrage alimentaire se fait tôt.

Le sevrage psycho-social

La vicariance

À partir de 4 semaines, les chatons sortent du nid et commencent à explorer le monde qui les entourent. C’est à ce moment-là que commence la phase de mimétisme aussi appelé vicariance, ils observent leur mère et refont ce qu’ils ont vu. Se toiletter, manger, aller au bac à litière, la chatte va profiter de cet état d’esprit des chatons pour se mettre en scène dans toutes les situations afin d’aider leur apprentissage à se faire au mieux. Si avant la 4e semaine, c’est la mère qui s’occupe entièrement de son petit : toilette, stimulation et autres, à partir de la période de vicariance, le chaton devient plus indépendant. Vers la 7e ou 8e semaine, le chaton devient totalement autonome pour les tâches « essentielles ». Mais jusqu’à 3-4 mois, la mère apprend également à son chaton à vivre et à communiquer avec ces congénères.

La socialisation

La phase de socialisation est plus tardive, elle commence vers l’âge de 7 à 8 semaines, elle permet au chaton de se sociabiliser, d’apprendre à vivre avec ces congénères mais également avec les humains ou d’autres animaux. C’est notamment pendant cette phase que la mère apprend à ses chatons la propreté, les limites, le respect et l’auto-contrôle (morsure, griffures, etc…). On considère la socialisation terminée à l’âge de 3 mois et c’est également à la fin de cette période que la mère commence à rejeter ses chatons.

Jusqu’à 9 semaines, le chaton est en période d’imprégnation et de familiarisation. Socialiser n’est pas seulement agréable, c’est également très important afin que le chaton puisse correctement développer sa capacité d’adaptation. Il faudra donc qu’il soit en contact avec de nombreux stimuli (présence d’autres animaux, présence d’humains,…).

Pour conclure, la vicariance, bien qu’amoindrie avec la fin du sevrage, permettra au chat toute sa vie durant de pouvoir s’adapter à son environnement et à la vie. On notera toutefois qu’un chaton séparé de sa mère avant ses 3 mois aura plus de mal avec ce phénomène, et sera plus long à l’adaptation au changement, ce qui souligne une fois encore l’importance du sevrage psychosocial !

10 à 12 semaines : Le sevrage affectif

La mère continue progressivement le détachement, c’est le sevrage affectif, il se terminera à environ 12 semaines. La chatte ayant tout appris à ses chatons, veut reprendre le cours de sa vie, elle va donc rejeter (plus ou moins violemment) ses chatons après cette période. Sans cette phase de sevrage affectif, le chaton reste immature toute sa vie, n’ayant pas eu les bases éducatives indispensables de sa mère. Il est donc nécessaire que la chatte garde ses petits au minimum 12 semaines afin de finir leur éducation. C’est ce qui permettra à l’animal de s’épanouir dans sa vie de chat mais également à son maître de profiter d’un compagnon aux habitudes saines et au comportement équilibré.

Sevrage précoce : les signes qui ne trompent pas !

Il est d’usage de penser qu’un chaton peut être séparé de sa mère dès qu’il est capable de s’alimenter seul. Ce sevrage alimentaire se fait vers 6 semaines, et il n’est pas rare que les chatons soient adoptés à cette période. Cependant, un chaton retiré précocement de sa mère peut montrer rapidement des troubles du comportement. Hyperactivité, attachement excessif, agressivité, malpropreté, PITA… Dans ces cas-là, malheureusement, vous n’aurez pas de solution à lui apporter, étant donné qu’il vous sera quasiment impossible de lui apprendre de telles choses. Beaucoup auront des risques d’être perturbés à l’âge adulte, mais il y a fort heureusement des exceptions : une vie sans trop de contraintes ou d’interdits, un accès libre à l’extérieur, un environnement tranquillisant, un autre chat pour partager les jeux et la bienveillance du maître sont autant d’atouts pour compenser les manques de la petite enfance du chat !

Zoom sur l'hyper-attachement du chat : Il n’est pas rare que les chatons sevrés trop précocement développent un hyper-attachement à leur maître, avec pour conséquence des signes de détresse en l’absence des personnes connues. Cela implique également une hyper-émotivité (crainte ou excitation excessive), des réactions agressives surtout au cours du jeu, des difficultés d’adaptation, des comportements d’agitation fréquents (type hyperactivité)…

Alors surtout, n’acceptez jamais un chaton chez vous tant qu’il n’a pas atteint ses 12 semaines de sevrage !

Lire aussi : La malpropreté chez le Chat : que faire ? - Guide d'adoption du chat